A propos du CMV

 

En novembre 2006, nous étions convié en Italie à une conférence internationale sur le Cytomégalovirus afin de relater notre histoire personnelle. Cela nous a permis de rencontrer d’autres familles touchées par le CMV mais aussi de discuter avec les médecins qui travaillent sur ce virus. Nous avons retenu entre autre qu’un vaccin était à l’étude mais non encore commercialisé par faute de moyens financiers. D’autre part nous avons été très surpris d’apprendre qu’un enfant toutes les 3 minutes naissait dans le monde infecté par le CMV ! Aux Etats unis va être lancée une grande campagne de prévention nous espérons que cela suivra en Europe. A Limoges une équipe de médecins biologistes travaille sur le CMV et un site Internet devrait prochainement voir le jour pour informer le grand public.

En septembre 2010 , l’Association était également présente au congrès international à Paris avec 3 autres familles françaises et 2 familles américaines pour relater nos histoires personnelles. Le dépistage systématique n’est toujours pas d’actualité en France mais les choses semblent bouger . Pas encore de vaccin sur le marché mais les recherches avancent à grands pas…

Grossesse : Comment se protéger du cytomégalovirus ( CMV) ?

Devenue l'infection congénitale virale la plus fréquente en France, cet article concerne tout autant les futurs mamans que les futurs papas ainsi que le grand public .

En France, le CMV est la première cause de malformations congénitales et le risque représenté par cette infection est devenu supérieur à celui d'autres maladies plus médiatisées telles la toxoplasmose, rubéole ou hépatite B pour lesquelles ont pratique le dépistage chez la femme enceinte . On estime entre 500 et 700 le nombre d'enfants présentant des séquelles chaque année. Quand un fœtus est infecté par le CMV l'enfant à 90% de chances de naître asymptomatique mais avec un risque de surdité séquellaire qui peut se révéler dans les premières années de la vie et 10% de risques de présenter des symptômes dès la naissance. Dans ces 10% environ la moitié des nouveau-nés décèdent et l'autre moitié présente des séquelles neurosensorielles graves (surdité et/ou retard de croissance/ retard mental/ atteintes oculaires : cataracte, microphtalmie, nystagmus, strabisme, cécité corticale).

Autrefois l'infection des femmes enceintes par le cytomégalovirus était rare . En effet, la maladie était souvent contractée dans l'enfance et les femmes étaient immunisées bien avant d'avoir un enfant. Aujourd'hui l'amélioration des conditions d'hygiène aidant, environ 50% des femmes enceintes sont séronégatives, donc à risques de contamination pendant la grossesse. Les plus exposées sont celles qui évoluent professionnellement au milieu des jeunes enfants et/ou ayant un enfant allant à la crèche ou à l'école ( 1 enfant sur 3 en crèche est porteur du CMV).

Le but de cet article est donc de vous sensibiliser à un dépistage précoce c'est- à -dire dès la première consultation prénatale à faire pratiquer en même temps que les autres tests ( toxo et rubéole) de manière à repérer celles n'ayant jamais été au contact du CMV et à leur proposer des précautions d'hygiènes précises à mettre en œuvre tout au long de leur grossesse.

Le virus se transmettant par les larmes, l'urine, la salive, l'écoulement nasal et les sécrétions vaginales . Les conseils d'hygiène s'adressent tant aux futurs mamans ou papas qui sont au contacts de jeunes enfants :

se laver les mains après tout contact avec les urines ( change, pot, …), les larmes et les sécrétions nasales.

s'abstenir de goûter le biberon, les aliments, de sucer la cuillère.

ne pas utiliser ses affaires de toilette (gant et serviette, brosse à dents)

éviter de l'embrasser sur les lèvres.

Selon différentes études ces précautions suffisent le plus souvent à réduire de manière importante le risque d'infection maternelle.

Une campagne nationale d'information a été lancée en octobre 2001 par le groupe français CMV mais pour moi il était trop tard, Coline est née trois mois plus tôt avec de graves lésions cérébrales. Alors pour éviter que cela ne se reproduise plus, parlez en avec votre gynécologue-obstétricien. Demander à faire le test ( une simple prise de sang suffit).

Si vous souhaitez d'autres renseignements concernant le CMV, la société Biomérieux adresse sur simple demande et gratuitement des affiches avec des compléments d'informations.

Voici leur n° de Fax : 04 78 87 24 40. Des associations de parents se sont constituées pour informer et accompagner les familles dans cet épreuve ( la plupart des parents dont les enfants souffrent de séquelles auditives et neurosensorielles dues à une infection par le CMV l'apprennent brusquement ou des mois voire des années plus tard).

En voici deux :

" les rêves de Coline ", le buat, 50540 Isigny le Buat Téléphone : 06.81.24.35.77 Email : lesrevesdecoline@yahoo.fr Site Internet : www.lesrevesdecoline.com "

Pour les yeux d'Emilie", 57 rue de Palaiseau, 91120 Paris Téléphone : 01.60.14.64.17 Email : pourlesyeuxdemilie@wanadoo.fr Site Internet : www.pourlesyeuxdemilie.org

Source : données recueillies dans le " Quotidien du médecin " paru le 15 novembre 2001 d'après un entretien avec le Dr F.Jacquemard, gynécologue-obstétricien à l'institut de puériculture de Paris et coordinateur du groupe français CMV.